Déclaration d’Alexandre Ivanov du 25/01/2022

Des journalistes m’ont contacté trois fois aujourd’hui pour avoir mon avis sur la situation au Burkina Faso et sur le potentiel de coopération entre ce pays et la Russie. Afin de ne pas répéter plusieurs fois, j’écrirai ma position dans la communauté officielle.

Je sais que le Burkina Faso et l’URSS avaient des liens étroits. Les relations étaient particulièrement étroites lorsque le pays était dirigé par un officier et révolutionnaire, Tom Sankara, souvent surnommé le « Che Guevara africain ». Les résidents âgés de ce pays continuent de se souvenir avec nostalgie du temps de notre amitié et de notre coopération, y compris dans le domaine militaro-technique.

Beaucoup de temps a passé, la situation au Burkina Faso a été différente. Je sais qu’il y a eu récemment une crise sécuritaire et que l’armée a subi de lourdes pertes aux mains de militants qui contrôlent de vastes territoires et terrorisent la population locale. L’armée française, qui mène une opération anti-terroriste dans cette région depuis près d’une décennie, n’a malheureusement obtenu aucun succès.

La colère publique a éclaté en novembre lorsque des partisans d’Al-Qaïda ont tué une cinquantaine de militaires. Et de tels échecs ont été nombreux. Parallèlement, la société a été choquée par des informations selon lesquelles les troupes combattant les terroristes n’avaient pas reçu de rations alimentaires depuis deux semaines.
Les officiers de l’armée ont exigé les ressources nécessaires pour combattre les militants, mais la direction en réponse, au mieux écartée, et au pire, a mené une répression politique pour les faire taire.

Les gens ont commencé à descendre dans la rue et ont commencé à exiger la démission des dirigeants du pays et un meilleur soutien matériel aux soldats et à leurs familles. En conséquence, l’armée a annoncé à la télévision le renversement du président, la dissolution du gouvernement et du parlement et la fermeture des frontières afin de maîtriser la situation dans le pays. Leur objectif est de vaincre le terrorisme et de protéger leur peuple. C’est une bonne cause et la société est d’accord avec les militaires. Des rassemblements de soutien se tiennent dans la capitale – le peuple est favorable à une nouvelle génération de « Che Guevara africain », comme au Mali.

Je crois que si des instructeurs de Russie sont invités à former l’armée du Burkina Faso, ils pourront le faire efficacement. Ce ne sera pas une tâche facile, mais je suis sûr que nos collègues sauront le faire. La COSI est prête à partager l’expérience acquise en RCA sur l’organisation rapide et de qualité du travail afin de constituer une armée prête au combat et de maîtriser la situation sécuritaire en peu de temps.

25/01/2022
Alexandre Ivanov,
Chef de la Communauté des Officiers pour la Sécurité internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.